COCKTAIL2

1950 : La Bague Cocktail

Une main qui tient une coupe de champagne peut être associée à une robe simple si et seulement si elle est accompagnée d’une bague extravagante et audacieuse.

En 1950, la France se relève de la guerre. Les lignes droites et froides de la mode Tank sont révolues. Paris lance le mot d’ordre « élégance » en même temps que Christian Dior triomphe avec ses collections « Tulipe »et « Vivante »! Les fêtes battent leur plein, le jazz se joue dans les soirées, les galas, les cocktails: les gens sortent. C’est dans cet esprit que la « bague cocktail » fait son apparition, apportant une touche d’originalité à tous doigts.

L’architecture volumineuse de la bague cocktail pare la main des femmes de la haute société lors de leurs extraordinaires réceptions. Elle est asymétrique, en or et sertie de diamants de différentes tailles. D’autres pierres, d’autres couleurs s’entremêlent, il faut que ça brille, que tout le monde admire. Cette bague attire aussi bien la lumière que l’œil. Les sertissures en griffes restent fines de même que l’anneau dans sa continuité; en opposition à l’assemblage du dessus surdimensionné. Pourtant le tout reste léger et aéré grâce à un corps souvent travaillé en fil. De la finesse tout en volume qualifie ce bijou typique des années 1950 jusqu’en 1970.

Aujourd’hui le terme de bague cocktail est encore présent pour désigner les bagues imposantes serties de grosses pierres que l’on porte pour faire tourner les regards lors de soirées.

Elle laisse tout sauf indifférent.
Jugez seulement…

7b366bfcc38690ff73650762b1622281

COCKTAIL1

336d299466a5d8c3001c4778393612d8

article écrit par la stagiaire Domitille (Cap en 1an ATBJ-BOULLE)

Benoit

C'est dans un prestigieux Atelier travaillant sur quelques une des plus belles pierres du monde et guidé par les meilleurs talents que Benoit Joaillier a fait ses gammes. Cette intégration dans le milieu du bijou lui a permis d'intégrer en parallèle l'école de joaillerie de la Rue de Louvre. Très vite Benoit s'attire la sympathie de quelques personnes influentes et reconnues qui font de lui leur artiste Joaillier de confiance. Son succès lui permis très vite de financer un vieux rêve. Il ouvre un atelier où il crée derrière une vitrine sur la rue en plein cœur du quartier latin de Paris.