La perle rose : trésor naturel des Caraïbes

La perle rose : trésor naturel des Caraïbes

Conque, lambi, perles roses, est ce que ces mots vous évoquent quelque chose ? Saviez vous que ce sont des perles naturelles produites par le conque, et que 90% du stock mondial appartient à une seule la femme ?

Aujourd’hui très utilisée par les joailliers, l’histoire et l’existence de la perle rose est encore très peu connue.
C’est la dernière perle naturelle qui est encore pêchées aujourd’hui, les autres perles utilisées, noires ou blanches viennent d’élevages, de parcs à huitres.

La perle rose elle, est produite naturellement par le conque (aussi appelle lambi), un mollusque que l’on trouve aux Caraïbes, en Florides, au Mexique et à Cubas. Initialement pêché pour sa chaire délicieuse, ce coquillage peut atteindre 20 à 30 centimètres et peser 3 kilos à l’âge adulte.

Les perles produites sont en générale roses, de petits diamètres, avec une forme ovale, baroque mais peuvent aussi être jaunes, brunes ou dorées. Contrairement aux perles blanches ou noires qui sont faites de carbonate de calcium en plaque (la nacre), celles-ci sont faites d’aiguillettes de carbonate, qui réfléchi la lumière différemment. Cette composition donne alors une impression de flemmes dessinées  à l’intérieur.

Très en vue à l’ère édouardienne, victorienne, et à l’époque de l’Art Nouveau, cette perle était tombée en désuétude jusqu’à peu.  C’est Sue Hendrickson, la femme qui a découvert le fossile du tyrannosaure Rex qui a remis cette perle au goût du jour. Fan de plongée, elle a parcouru pendant 20 ans les Caraïbes  et possède aujourd’hui 30 000 perles, soit 90% du stock mondial.

Si jamais il vous prend l’envie de vous lancer dans la pêche au lambi, sachez qu’on ne trouve qu’une perle rose sur 10.000 coquillages, et une seule de bonne qualité sur 100.000…Sachez aussi que ce coquillage est désormais classé espèce menacée.

Benoit

C'est dans un prestigieux Atelier travaillant sur quelques une des plus belles pierres du monde et guidé par les meilleurs talents que Benoit Joaillier a fait ses gammes. Cette intégration dans le milieu du bijou lui a permis d'intégrer en parallèle l'école de joaillerie de la Rue de Louvre. Très vite Benoit s'attire la sympathie de quelques personnes influentes et reconnues qui font de lui leur artiste Joaillier de confiance. Son succès lui permis très vite de financer un vieux rêve. Il ouvre un atelier où il crée derrière une vitrine sur la rue en plein cœur du quartier latin de Paris.

Les commentaires sont clos.